Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

22 AVRIL 1833







N° 98

Londres, le 22 avril 1833

Monsieur le duc,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire sous le N° 48.

Je m’empresse de vous transmettre une copie de la note que lord Palmerston et moi remettront demain à M. Dedel. Nous avons été frappés, ainsi que vous, du vague des expressions qui ont été employées dans la note du 16 avril pour stipuler la suspension d’hostilité et c’est aussi sur ce point que porte principalement la discussion de notre note. Nous ne croyons pas devoir céder à l’égard d’une question qui à vos yeux sans doute, comme aux nôtres, est la plus importante de la convention préliminaire.

Nous n’ignorons pas le motif qui empêche le roi des Pays-Bas de consentir à un armistice indéfini. Il sait, comme nous en sommes informés par plusieurs voies, que la conclusion d’un tel armistice lui ôterait la faculté de tenir plus longtemps sous les armes une partie de ses troupes. Il doit donc nécessairement se refuser, autant qu’il est en son pouvoir, à une mesure qui lui enlèverait le prestige de puissance que donne une armée considérable, et qui, en modifiant extrêmement sa position vis-à-vis des Puissances ne lui laisserait plus la possibilité de se mêler activement aux troubles et aux désordres qui, dans son opinion, menacent toujours l’Europe et surtout la France. Nous ne nous dissimulons pas cette difficulté ; tous nos efforts tendent à la surmonter et nous ne désespérons pas d’y parvenir.

J’apprends avec plaisir, Monsieur le duc, par ce que vous avez bien voulu m’écrire que le langage du comte Matuszewic a été à Berlin tel qu’il me l’avait promis et M. Bresson qui m’a transmis la même information m’annonce aussi que les démarches du plénipotentiaire russe près de S. M. le roi de Prusse et de M. Ancillon auront probablement une très utile influence sur la marche de la négociation.

Il parait que le comte Matuszewic a prolongé son séjour à Berlin pour rédiger avec M. Ancillon le projet de déclaration collective qui serait faite par les trois Puissances au cabinet de La Haye.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement