Optimisé pour
Espace de téléchargement










MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

9 AVRIL 1833







N° 91

Londres, le 9 avril 1833

Monsieur le duc,

La santé de lord Palmerston ne lui a pas encore permis de me recevoir aujourd’hui ; il n’a vu personne. J’ai passé inutilement aussi chez le ministre de la Marine, sir James Graham qui est également indisposé, mais je suis parvenu à voir Lord Grey, auquel j’ai pu donner connaissance des faits contenus dans la dépêche, que vous avez bien voulu m’écrire le 4 de ce mois, au sujet des affaires d’Orient.

Lord Grey m’a dit que l’Angleterre ne restait point inactive dans cette grande circonstance et que des ordres avaient été expédiés pour que tous les bâtiments disponibles de la station du Tage et des différentes croisières anglaises dans la Méditerranée se rendissent immédiatement devant Alexandrie ; il y aura deux vaisseaux de ligne, dont un à trois ponts, plusieurs frégates et autres plus petits bâtiments mais aucunes troupes de débarquement ne seront à bord. Cette force maritime est chargée d’appuyer la négociation du colonel Campbell.

Vous avez eu connaissance, Monsieur le duc, des instructions dont le colonel Campbell était porteur en se rendant à Alexandrie ; vous pouvez par conséquent juger la ligne de conduite qu’il suivra.

Dans le cas où le Pacha d’Egypte se refuserait à consentir aux propositions approuvées par le colonel Campbell, l’escadre anglaise ne laissera sortir aucun bâtiment de guerre de Mehemet des ports de l’Egypte et interceptera tout transport d’hommes ou de munitions qu’on essaierait d’envoyer à l’armée d’Ibrahim.

On a de plus adressé au commandant des forces navales anglaises dans la Méditerranée l’ordre de se concerter avec l’amiral français, si la négociation du colonel Campbell échouait à Alexandrie.

Telles sont, Monsieur le duc, les communications qu’en l’absence de lord Palmerston j’ai reçues de lord Grey.

Il semblerait résulter des renseignements que vous avez eus de Vienne, et que vous m’avez fait l’honneur de me transmettre que M. de Metternich serait fort agité des événements qui se passent en Orient et qu’il éprouverait une inquiétude secrète des projets ultérieurs de la Russie. Les informations venues de Vienne à Londres, soit au cabinet, soit aux ministres étrangers, et dont j’ai eu connaissance, ne sont pas dans le même sens. Les dépêches et les lettres particulières annoncent au contraire que M. de Metternich cherche à rassurer ceux qui se montrent effrayés de la présence des Russes dans le Bosphore et qu’il a une confiance pleine et entière dans les assurances données par le cabinet de Pétersbourg et par l’empereur Nicolas.

Il est dit aussi dans les renseignements que vous avez de Vienne que l’opinion publique s’y est fortement prononcée contre les Russes. Je m’étonne un peu d’entendre parler de l’opinion publique de Vienne ; mes souvenirs, mes relations actuelles m’avaient laissé croire qu’à Vienne il n’y avait pas d’opinion publique ; il y a bien une opinion de société, mais cette société est une ; elle n’est point divisée et c’est M. de Metternich qui la dirige ; ce serait, je crois, s’abuser beaucoup que de compter trouver là un auxiliaire dans l’opinion publique.

Du reste on croit généralement à Londres que les affaires présentes d’Orient s’arrangeront parce que les quatre grandes Puissances, y compris la Russie, y ont des intérêts plus ou moins directs, paraissent toutes tendre vers le même but qui est le maintien de l’existence de l’empire ottoman.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement