Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

18 FEVRIER 1833







N° 66

Londres, le 18 février 1833

Monsieur le duc,

J’ai reçu la dépêche N° 23 que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 14 de ce mois. Nous étions déjà informés ici par la voie des journaux de la nouvelle mesure prise par les autorités néerlandaises. Jusqu’à présent rien d’officiel n’a été publié, mais il est peu douteux que cette mesure ne soit le résultat des ordres du roi des Pays-Bas. J’ai déjà vu lord Palmerston à ce sujet et je lui ai fait part des observations que vous avez bien voulu me communiquer dans votre dépêche du 14 de ce mois et dans celle du 10 janvier. J’ai trouvé lord Palmerston disposé à agir avec vigueur dans cette circonstance ; il pense cependant que nous devons attendre une réponse du gouvernement néerlandais à la note que nous lui avons adressée le 14 de ce mois, et c’est aussi mon avis. Cette réponse contiendra peut-être sur la navigation de l’Escaut des explications nouvelles, et si elle n’en renferme pas, ou si même il ne nous est fait aucune réponse, alors nous serons beaucoup plus libres dans nos moyens d’action, et on ne pourra pas nous reprocher d’avoir pris des mesures de rigueur dans le temps même où nous proposions de négocier. D’ailleurs ce nouveau retard sera sans importance, puisque le bateau à vapeur qui apportera une réponse, s’il y en a une, doit arriver à la fin de la semaine.

Le chargé d’affaires d’Autriche m’a lu hier une lettre de M. de Metternich, dans laquelle se trouvent développées les vues de l’Autriche sur les affaires actuelle de la Suisse. M. de Metternich parait fort préoccupé des dispositions du parti qui demande aujourd’hui des modifications notables dans le pacte fédéral, et le succès de cette tentative pourrait, selon lui, amener des complications fatales aux intérêts et au repos de cette partie de l’Europe.

Sans partager ni repousser entièrement cette opinion, je dois vous dire, Monsieur le duc, qu’avant même la communication du baron de Neumann, je me sentais porté à croire que nous devions nous opposer en ce moment à toute altération dans la politique intérieure et extérieure de la Suisse. Vous savez à quel point vont vite les partis révolutionnaires, et s’ils arrivent à toucher à la neutralité de la Suisse, l’Autriche, le Piémont et la France se trouveraient immédiatement placés dans des situations respectives toutes différentes de celles dans lesquelles elles sont encore aujourd’hui.

Je n’applique pas ma manière de voir simplement à la Suisse sur l’état de laquelle je n’ai que des notions assez vagues, mais je pense qu’en général le gouvernement français doit éviter de donner de l’encouragement à cet esprit novateur qui, sous le prétexte d’améliorer, s’est emparé d’un grand nombre des pays voisins de la France. Je crois que pour le bien de l’Europe il vaut mieux même ajourner des améliorations que de produire des secousses.

J’ai parlé avec lord Palmerston des affaires de la Suisse à peu près dans le sens que viens d’avoir l’honneur de vous indiquer, et si vous partagiez mon opinion, je crois, Monsieur le duc, qu’il pourrait être utile d’en entretenir lord Granville.

Il serait peut-être bien aussi de faire comprendre par l’ambassade française en Suisse que la France repousse d’avance toute participation dans les tentatives des agitateurs qui se développeront sans doute au sein de la Diète helvétique, lors de sa réunion au commencement du mois de mars prochain.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement