Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

21 DECEMBRE 1832







N° 42

Londres, le 21 décembre 1832

Monsieur le duc,

Je suis revenu hier à Londres pour y voir lord Palmerston qui avait annoncé qu’il serait de retour le 20 au soir. Il n’est pas encore arrivé ce matin et on croit même qu’il ne sera à Londres que demain. Il a été retenu à Southampton par son élection qui n’est cependant pas douteuse. Vous savez déjà que mon intention est de lui faire la communication que vous avez bien voulu me transmettre, aussitôt qu’il me sera possible d’avoir un entretien avec lui.

J’ai, pendant que j’étais à la campagne, rédigé l’espèce de mémorandum que je compte lui remettre après l’avoir entretenu des observations que vous avez cru convenable de faire sur le projet qui avait été envoyé à Paris, du contre-projet que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser, et des rapports qu’on peut établir entre ces projets et celui présenté par le cabinet de Berlin comme traité définitif.

J’ai vu récemment lord Grey et plusieurs autres membres du cabinet, qui m’ont questionné sur la cause de nos derniers armements dans l’Est. J’ai pu leur répondre que ces armements n’étaient que la conséquence du rassemblement des troupes prussiennes sur la rive droite de la Meuse ; qu’une pareille démarche de notre part ne pouvait inquiéter aucune des Puissances, puisqu’elle nous avait été suggérée par la seule prudence qui exige qu’on ne laisse pas un corps de troupes se réunir sur un territoire voisin du sien, sans prendre soi-même des mesures de précaution. J’ai ajouté que nos intentions pacifiques devaient être connues de la Prusse ; et que le gouvernement français les avait exprimées fortement à Berlin et qu’ici je profitais de l’occasion qui m’était offerte pour renouveler des assurances auxquelles la politique française pendant les deux dernières années doit donner de la valeur.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement