Optimisé pour
Espace de téléchargement












MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

10 DECEMBRE 1832







N° 39

Londres, le 10 décembre 1832

Monsieur le duc,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 6 de ce mois, et ce n’est pas sans surprise que j’ai lu les informations qu’elle contient. J’ai du en faire part immédiatement à lord Palmerston.

Il serait facile en pressant toutes les contradictions qui se présentent dans la manière dont a été conduite l’affaire de Venloo, d’en faire ressortir bien des motifs d’explication et de récrimination. Comme cela serait sans résultat et que même cela pourrait compromettre le sort des graves questions qui nous occupent et qui doivent passer avant tout, j’ai pensé qu’il valait mieux couper court à ces explications.

On ne doit pas trop s’étonner d’ailleurs qu’une négociation successivement portée à Paris, à Londres, à Berlin, ait donné lieu à des malentendus, quand l’objet principal était surtout d’obtenir des délais. Le défaut d’instructions, la nécessité ou la volonté de s’en passer, des paroles dies légèrement ou mal interprétées, et mille autres circonstances auront sans doute contribué à créer la plus grande parti des difficultés que nous venons de rencontrer.

Il ne faudrait pas croire cependant, Monsieur le duc, que j’ai négligé d’exprimer mon étonnement à lord Palmerston avec la gravité que votre lettre exigeait. J’y étais personnellement autorisé puisque je lui avais lu la dépêche que j’ai eu l’honneur de vous adresser le 6 sous le N° 37 ; il l’avait trouvée parfaitement correcte ; j’avais même, à sa demande, changé quelque chose à une phrase sans importance. Il ne me dit pas un mot alors des instructions qu’il avait cru devoir adresser à lord Minto.

Je lui ai rappelé cette circonstance d’une manière assez vive pour qu’il m’ait répondu, que s’il avait eu tort d’agir ainsi il avait lui-même à se plaindre de ce qui s’était passé au sujet de la sommation faite par le maréchal Gérard au nom des gouvernements de France et d’Angleterre, qu’on avait fait parler son souverain dans cette occasion sans l’avoir préalablement consulté, et que le Roi lui avait témoigné le plus vif mécontentement de cette conduite.

Je vous le répète, Monsieur le duc, j’aurais pu presser plus longtemps lord Palmerston sans aucun résultat réel pour les intérêts du gouvernement du Roi ; je crois donc avoir agi plus prudemment en terminant ma conversation sans aigreur. Je dois espérer que vous partagerez mon opinion et que vous penserez qu’il faut mettre en oubli tous les torts qu’on peut supposer involontaires. C’est pour l’avenir une leçon de laquelle il sera utile de profiter en se renfermant toujours dans des démarches et des communications officielles. J’ai en conséquence engagé lord Palmerston à vous informer par l’intermédiaire de lord Granville du nouveau projet d’arrangement dont nous nous sommes entretenus et dont je vais avoir l’honneur de vous rendre compte. Il est nécessaire avant cela que je réponde à une autre question contenue dans votre dépêche.

Vous me demandez, Monsieur le duc, de vous faire connaitre les raisons qui me portaient à croire à la possibilité de réunir la Conférence après la prise de la citadelle d’Anvers. J’avais toujours pensé, et lord Palmerston aussi, que, ce fait accompli, nous trouverions dans les plénipotentiaires des trois autres Puissances des dispositions favorables pour reprendre les négociations interrompues par l’emploi des mesures coercitives contre la Hollande ; cela aurait été un grand calmant pour la tranquillité de l’Europe. Notre espoir à cet égard paraissait fondé jusqu’à l’arrivée d’un courrier qui avant-hier a apporté des dépêches de Pétersbourg à MM. de Lieven et Matuszewic. Ils ont trouvé dans ces dépêches des témoignages de la satisfaction de l’Empereur pour la conduite qu’ils ont tenue lorsque la convention du 22 octobre leur a été communiquée ; et on leur annonce en même temps qu’on leur retire définitivement les pouvoirs qu’ils avaient pour traiter en conférence, et qu’ils avaient déclaré à lord Palmerston et à moi n’être que suspendus ; Cela détruit le plan que nous avions formé de réunir la Conférence immédiatement après la prise de la citadelle d’Anvers.

Dans cet état de choses il devient de la plus haute importance pour l’Angleterre et la France de concerter la marche qu’elles jugeront convenable d’adopter, si elles étaient appelées à terminer la question hollando-belge sans la participation des trois autres Puissances. Tel est le but du nouveau projet sur lequel je vais maintenant attirer toute votre attention.

La France et l’Angleterre s’étant unies pour vaincre par la force l’obstination du roi des Pays-Bas, elles croient de leurs devoir, la Conférence n’existant plus, de proposer à l’acceptation du cabinet de La Haye un traité consenti par les Belges et qui renfermerait les conditions suivantes :

1° La remise au roi des Pays-Bas des territoires qui doivent lui appartenir ;

2° La remise de la part de ce souverain des forts de Lillo et Lienfkenshock qui dépendent d’Anvers ;

3° La reconnaissance par la Hollande de la libre navigation de l’Escaut moyennant le droit d’un florin par tonneau ;

4° La fixation des droits de balisage et de pilotage dans l’Escaut et dans les eaux intermédiaires ;

5° L’ouverture de la Meuse ;

6° L’ouverture de deux routes pour servir aux communications commerciales de la Belgique avec l’Allemagne ;

7° Une amnistie générale pour tous les délits politiques ;

8° Un acte par lequel tous les anciens sujets du roi des Pays-Bas seront déliés de leur serment de fidélité.

Ce traité convenu entre la France et l’Angleterre serait envoyé à La Haye par des plénipotentiaires anglais et français. Il m’a été dit confidentiellement qu’on choisirait ici pour cette mission un homme considérable dans le pays et particulièrement versé dans les affaires commerciales. Je suppose que si vous adoptiez ce projet, vous feriez un choix analogue.

Je vous prie, Monsieur le duc, de vouloir bien me transmettre vos ordres à cet égard.

Le cabinet anglais vient de désigner sir Stratford Canning pour se rendre à Madrid et y suivre la médiation entre les deux princes de la Maison de Bragance. Il passera par Paris où il s’arrêtera plusieurs jours pour s’entendre avec vous. Il doit vous donner tous les détails relatifs à l’objet de sa mission ; vous pourrez ensuite adresser à M. de Rayneval les directions que vous jugerez convenable de lui donner.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement