Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

22 NOVEMBRE 1832







N° 30

Londres, le 22 novembre 1832

Monsieur le duc,

Lord Palmerston m’a prié il y a une heure de passer chez lui pour recevoir une communication qu’il avait à me faire ; et il m’a dit que ce matin une dépêche de sir Robert Adair l’avait prévenu des difficultés sans cesse renaissantes que le gouvernement belge faisait au maréchal Gérard, lui citant entre autres celle relative à des postes militaires qui devaient être placés aux environs de la ville d’Anvers, dont vous devez avoir eu connaissance par M. de Latour-Maunbourg.

Lord Palmerston a immédiatement fait part de cette dépêche à lord Grey et il vient d’écrire au Roi et à sir Robert Adair. Dans la lettre à sir Robert Adair il exprime d’une manière très vive le mécontentement qu’a fait éprouver au gouvernement anglais la conduite du cabinet belge en cette circonstance ; il le charge de faire comprendre à Bruxelles qu’il s’agit de mesures toutes prises à l’avantage de la Belgique, et qu’on ne devait pas s’attendre qu’elles soulevassent de nouvelles difficultés quand il y en avait déjà tant d’autres à surmonter ; que le but auquel on devait tendre était de s’emparer de la citadelle d’Anvers, et que si le maréchal Gérard était entravé dans ses résolutions, on ne pouvait pas attendre la réussite de l’entreprise dont il était chargé, que commandant d’une armée, le maréchal était responsable de tous les événements et qu’il était par conséquent de la plus haute importance, qu’on ne lui suscitât aucun embarras. Cette lettre rédigée dans les termes les plus positifs doit produire une impression favorable à Bruxelles.

Il a cherché aussi à faire sentir au roi Léopold le danger auquel il s’exposerait en laissant son cabinet agir dans des vues opposées à celles de ses alliés.

Tout ceci sera communiqué par le courrier de demain à lord Granville, qui vous en fera part, mais je n’ai pas voulu perdre de temps à vous donner cette information.

J’ai vu aujourd’hui M. de Bülow qui m’a renouvelé plus fortement encore l’assurance que les intentions de son gouvernement n’étaient point changées, et que le rassemblement de troupes prussiennes sur le Rhin ne devaient donner aucune confiance à La Haye, ni aucune alarme à Paris ni à Londres. Il a ajouté qu’on s’en était expliqué à La Haye pour empêcher qu’on ne s’y fît encore des illusions. Les lettres de lord Minto dont j’ai eu connaissance sont parfaitement d’accord avec le langage de M. de Bülow.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement