Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

14 NOVEMBRE 1832







N° 25

Londres, le 14 novembre 1832

Monsieur le duc,

J’ai reçu ce matin la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire avant-hier. Je vois que les informations qu’elle renferme sont d’accord avec celles que je me suis procurées, sur les intentions du cabinet de Berlin. Ma dépêche d’hier vous témoignera que je suis tout à fait entré dans la voie que vous m’indiquez, en retardant matériellement la communication que M. de Bülow est chargé de nous faire.

Comme je vous le mandais dans cette dépêche, j’ai la certitude que M. de Bülow ne prendrait rien sur lui, et j’ai pensé qu’il n’y avait pas d’autre moyen pour sortir d’embarras que de renvoyer la négociation à Berlin. C’est d’abord du temps gagné, puis cela offre des chances de succès, car j’ai remarqué que M. Ancillon se montre souvent assez disposé à changer d’opinion qu’il annonçait comme invariables. J’en ai eu plus d’une fois la preuve depuis un an, et j’ai vu alors M. de Bülow fort embarrassé de prendre un parti dans la crainte de M. Ancillon.

Je viens d’annoncer à M. de Bülow que la négociation serait renvoyé à Berlin, il m’a sans hésiter répondu qu’il n’y voyait aucun inconvénient. C’est à vous, Monsieur le duc, qu’il appartient de diriger la légation de France en Prusse, dans la voie qui satisfera le gouvernement du Roi, et qui, je le répète, me parait la plus convenable. Cette dépêche vous sera remise, Monsieur le duc, par M. Delarue de Villeret, vice-consul de France à Londres, auquel vous avez accordé un congé pour se rendre à Paris. J’appelle avec plaisir votre bienveillance sur M. Delarue, qui s’en est rendu parfaitement digne par son zèle et sa conduite pendant son séjour en Angleterre.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement