Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

26 OCTOBRE 1832







N° 13

Londres, le 26 octobre 1832

Monsieur le duc,

Lord Palmerston avait convoqué ce matin la Conférence à la demande de M. de Bülow, qui annonçait avoir une communication à nous faire. Cette communication était un projet de traité envoyé par le cabinet de La Haye ; lord Palmerston et moi avons tout de suite déclaré que les formes strictes que nous avions adoptées jusqu’à présent, ne nous permettaient pas d’écouter des propositions venant par un autre intermédiaire que par le plénipotentiaire reconnu de la cour qui nous les faisait ; que si M. de Zuylen avait quelque chose à nous communiquer de la part de sa cour, nous étions prêts à l’entendre ; mais que nous ne pouvions admettre la demande de M. de Bülow. Celui-ci n’a pas insisté. Nous avons ainsi éludé toute explication, il n’a même pas été donné lecture du projet de traité. La clause principale de ce projet est la reconnaissance de la libre navigation de l’Escaut, avec la réserve d’imposer des droits de trois shellings par tonneau au lieu d’un shelling consenti par le roi Léopold et par la Prusse. J’espère que nos ratifications seront arrivées avant que M. de Zuylen nous soumette directement le projet de sa cour, qui aujourd’hui n’aurait pas eu grande faveur dans la Conférence. Nous sommes tous tombés d’accord que la réunion de ce matin ne serait pas regardée comme une conférence tenue au Foreign Office.

M. le marquis de Lansdown, Président du Conseil de S. M. B. est parti aujourd’hui pour Paris, où il compte faire un séjour de quelques semaines ; il vous entretiendra des intérêts commerciaux des deux pays. On désirerait vivement ici que des changements fussent apportés à nos tarifs de douane ; le marquis de Lansdown doit entamer ce sujet avec vous, Monsieur le duc, et je ne doute pas qu’il fasse ressortir avantageusement l’utilité dont serait pour les deux pays un changement à l’état de choses actuel ; son esprit droit et élevé développera des conditions qui méritent certainement d’être pesées et appréciées par le gouvernement du Roi.

Je dois vous faire connaitre qu’à part les intérêts matériels des deux pays, le ministère anglais rattache une combinaison politique aux améliorations commerciales dont il désire faire jouir l’Angleterre.

Au moment de convoquer une nouvelle chambre des Communes, élue d’après les conditions du Bill de réforme, le cabinet anglais reste dans l’incertitude sur les éléments qui composeront cette chambre ; il ne peut pas prévoir exactement de quel côté sera la majorité, ni quelles seront ses vues et ses intentions. Il est sûr cependant que les représentants du commerce et de l’industrie y joueront un rôle principal ; aussi veut-il d’avance chercher à se concilier leurs dispositions favorables ; c’est là ce qui l’a décidé à tenter des démarches près du gouvernement français, afin d’obtenir un adoucissement aux rigueurs de nos lois de douane.

Je ne suis point appelé à donner mon opinion sur une question aussi grave et aussi controversée que celle de savoir quel est le système commercial le plus convenable pour la France, mais j’ai pensé qu’il était de mon devoir de vous faire part des causes qui dirigeront le ministère anglais dans les ouvertures que lord Lansdown est chargé de vous faire. Ce ministre est, comme vous le savez, dans toutes les idées de M. Huskisson qui sont du reste partagées par tous les hommes éclairés du pays.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement