Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

22 OCTOBRE 1832







N° 10

Londres, le 22 octobre 1832

Monsieur le duc,

J’ai reçu toutes les dépêches que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser jusqu’au 20 octobre inclusivement ; je conçois parfaitement les impatiences du gouvernement du Roi en ce moment difficile, et vous avez pu voir que je partageais son désir d’arriver au terme de nos trop longues incertitudes sur la question belge.

Il ne faut cependant attribuer les hésitations du ministère anglais qu’à la gravité de l’affaire. Lord Grey et lord Palmerston voulaient réunir le plus grand nombre possible de membres du cabinet et obtenir à l’unanimité une décision que les circonstances rendent de la plus haute importance. J’ai besoin d’appuyer sur cette considération parce que je dois à ces ministres de déclarer qu’il est impossible d’apporter des dispositions plus favorables pour nous que celles qu’ils n’ont cessé de me témoigner. Vous en trouverez la preuve, M. le duc, dans la convention que je viens de signer à lord Palmerston et que j’ai l’honneur de vous transmettre ; elle remplira, je l’espère, les intentions du gouvernement du Roi.

Il est minuit, je n’ai pas le temps de développer les différents articles de cette convention, je ne puis que vous dire qu’il était impossible d’obtenir davantage.

Il est absolument nécessaire que les ratifications partent de Paris le jeudi 25 au soir, afin d’être à Londres le 27 dans la journée.

Je n’ai pas besoin de vous engager au plus profond secret sur cette convention. Nous désirons qu’elle ne soit publiée qu’après avoir été communiquée aux plénipotentiaires des trois Puissances à la Conférence ; ce qui aura lieu le lendemain de l’échange des ratifications.

Vous penserez, sans doute, qu’il est convenable de prévenir les consuls du Roi, pour que les intérêts français ne soient pas compromis.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement