Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










2è LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

17 OCTOBRE 1832







N° 5

17 octobre 1832

Monsieur le duc,

J’avais vu ce matin lord Palmerston, il m’avait fait espérer qu’à l’issue du conseil j’aurais enfin une communication positive des résolutions du cabinet. Cependant à cette heure qu’il est, le ministre n’a pas pu me donner encore la solution que je désirais si vivement. Il est vrai que le Roi qui devait venir aujourd’hui à Londres n’y viendra que demain, et que sa présence est réclamée pour une sanction définitive. Mais je dois croire aussi, d’après une conversation assez étendue que j’ai eue avec lord Palmerston, et dont je vous rendrais un compte détaillé, que la discussion en se prolongeant au sein du cabinet y a fait naitre, non pas de l’opposition sur le fait même de l’exécution du traité ; (à cet égard tout le monde est d’accord) mais le besoin de porter jusqu’aux dernières limites l’examen des conséquences qui pourraient résulter des voies coercitives employées en commun par la France et par l’Angleterre ; et que de plus les conversations sur l’intérieur du pays, que je vous expliquerai dans ma lettre de demain, donnerait la pensée de gagner encore un peu de temps. C’est la tendance de plusieurs membres du cabinet ; je l’ai combattue, je la combattrai, et j’espère vaincre ; mais ce n’est qu’une espérance. Demain je verrai le Roi, et apres le conseil j’aurai avec lord Palmerston une explication dont immédiatement je donnerai connaissance.

Je dois vous dire que je garde en moi la conviction que cette discussion prolongée n’a rien qui doivent vous inquiéter, et qu’elle ne fera que donner plus de poids à la décision qui sera prise.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement