Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

3 AVRIL 1832







N° 331

3 avril 1832

Monsieur le comte,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 30 mars, N° 26.

Le cabinet de Berlin met une lenteur difficile à expliquer pour donner à M. de Bulow l’autorisation d’échanger les ratifications qui sont entre ses mains depuis le mois de janvier. Ce ministre n’a encore rien reçu à cet égard ; cependant vous me faites l’honneur de me mander, que tout annonce le prochain envoi de l’autorisation de la Prusse, et cette information s’accorde avec d’autres avis qui sont parvenus ici. Nous espérons donc que tous les doutes seront levés dans peu de jours.

L’échange simultanée de l’Autriche et de la Prusse aurait produit un bon effet sur le comte Orloff. Cependant ce qu’il dit donne à croire qu’il n’aurait pu prendre aucune résolution importante avant le retour du courrier qu’il a expédié de La Haye à Petersbourg le 14 du mois passé. Cette réponse doit arriver d’ici au 12 en donnant même du temps pour les lenteurs.

Ceux qui cherchent à expliquer tous les délais que nous avons successivement éprouvés depuis l’époque fixée pour les ratifications du traité paraissent convaincus qu’ils sont calculés pour attendre le résultat du Bill de réforme.

Tout le monde ici pense que le choléra ayant éclaté à Paris, le gouvernement du Roi n’a malheureusement plus de motif aujourd’hui pour maintenir la quarantaine établie dans nos ports et on désire vivement qu’il se détermine à la faire cesser. Je crois, Monsieur le comte, devoir vous engager à appeler sur ce point l’attention du conseil. Il jugera peut-être que nos départements du Nord et de l’Est, ayant des rapports non interrompus avec Paris, où la maladie règne comme à Londres, il n’y a pas de causes suffisantes pour conserver une quarantaine d’un côté quand on n’en établit pas de l’autre, et qu’on ne peut probablement pas en établir. Il se répand même qu’il y a eu des cas de choléra à Calais. Je désirerais beaucoup que vous voulussiez bien me faire savoir ce qui aura pu être décidé à ce sujet afin d’être à portée de répondre aux nombreuses questions qui me sont adressées sur le maintien d’une quarantaine qui, quoiqu’adoucie autant qu’elle peut l’être, n’en est pas moins une entrave extrêmement gênante et pénible dans les relations des deux pays. On serait ici très reconnaissant de ce que vous feriez à cet égard.

Agréez, Monsieur le comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 12










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement