Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

A

M. CASIMIR PERIER

PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

EN DATE DU

13 MARS 1832







13 mars 1832

Monsieur,

Malgré les assurances que nous donnait, encore hier, le prince de Lieven, l’arrivée du comte Orloff à Londres est différée et c’est le Times qui avait raison. Le roi de Hollande est parvenu à le retenir à La Haye, en lui disant qu’il ne lui demandait que le temps nécessaire pour envoyer un nouveau mémoire à la Conférence et pour recevoir sa réponse, en ajoutant que ses propositions étaient si modérées qu’il était impossible qu’elles ne fussent pas acceptées.

Vous allez juger, Monsieur, de ce que le roi de Hollande appelle des propositions modérées.

Il doit demander que la navigation par les eaux intérieures et les communications par des chemins de fer soient retranchées des stipulations faites avec la Belgique ;

qu’il reste maître des deux rives de l’Escaut, avec le canal du Sud, et deux villages qui y sont liés ;

que l’affaire du Luxembourg soit réglée à l’amiable entre la Hollande et la Confédération germanique.

Enfin, que la dette soit capitalisée à un taux dont on conviendrait et que, jusqu’à la fin de cette opération, la citadelle d’Anvers demeure en la possession des Hollandais.

Vous voyez, Monsieur, d’après ces propositions, que ce n’est pas une chose faisable que veut le roi de Hollande ; que c’est un délai qu’il cherche à obtenir parce que il espère que, dans l’intervalle, il y aura un changement de ministère soit à Londres, soit à Paris.

L’opinion des plénipotentiaires qui sont ici, et la mienne, est que le roi de Hollande ne tiendra pas à toutes ces propositions-là, s’il ose même les faire, ce que l’on ne sait à Londres que par des lettres particulières de La Haye.

Les ministres doivent être interpelés ce soir au Parlement sur les affaires de France.

J’aurai l’honneur de vous en rendre compte demain.

Agréez, Monsieur, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement