Optimisé pour
Espace de téléchargement









MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

A

M. CASIMIR PERIER

PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

EN DATE DU

25 FEVRIER 1832







25 février 1832

Monsieur,

J’ai reçu ce matin la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 21 de ce mois, et l’extrait d’une lettre de la légation de France à Berlin qui y était joint.

Vous paraissez désirer, Monsieur, que par des communications avec le ministère anglais, je l’amène à s’expliquer sur la marche qu’il compte suivre dans les affaires de Hollande et de Belgique, et vous faites remarquer que ce gouvernement, ainsi que celui de la France, après avoir ratifier le traité du 15 novembre, ne sauraient, sans s’accuser d’imprévoyance et de faiblesse, prendre une attitude passive et expectante.

Vous aurez vu, par ma dépêche d’hier que, d’après vos ordres antérieurs, j’avais abordé cette question avec lord Palmerston : qu’il m’avait paru n’être pas disposé à se livrer à l’examen d’hypothèses qui ne se réaliseront probablement pas et que la mission du comte Orloff ne lui donnait aucune inquiétude. J’appellerai, de nouveau son attention sur ce point, mais je prévois que j’aurai les mêmes réponses et je crois qu’elles doivent faire quelque impression sur mous parce que l’Angleterre sait qu’elle est dans une position parfaitement analogue à la nôtre dans toutes ces questions et parce que c’est avec nous qu’elle veut les terminer.

Les comptes rendus par les différents ambassadeurs sur le langage du comte Orloff à Berlin se réduisent à ceci : le comte Orloff est parti de Petersbourg avant que l’on y connût les ratifications de la France et de l’Angleterre ; ses instructions lui avaient été données dans la supposition qu’aucune ratification n’avait été faite, ainsi le terrain est changé.

Dans tout ce qui vous est revenu, je ne vois, jusqu’à présent, que des dispositions pacifiques, et, ce qui est inhérent à la Russie, l’envie de se mêler.

Je crois qu’il ne faut pas se hâter de juger l’étendue de la mission du comte Orloff et qu’il est convenable d’attendre que l’on soit plus éclairé à cet égard car rien ne périclite. Il a demandé d’autres instructions.

Je vous prie, Monsieur, dès que vous saurez quelque chose sur ce qui sera fait à Vienne, après l’arrivée du prince Esterhazy et de sir Frédéric Lamb, de vouloir bien m’en informer.

Je ne vous parle plus du choléra, parce que les journaux que vous recevez, chaque jour, renferment exactement les rapports du bureau de santé.

Agréez, Monsieur, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement