Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

A

M. CASIMIR PERIER

PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

EN DATE DU

21 FEVRIER 1832







Londres, le 21 février 1832

Monsieur,

Hier, dans la soirée, on était ici un peu plus inquiet sur le choléra qu’on ne l’avait été depuis quelques jours. Huit nouveaux cas s’étaient manifestés dans les 24 heures. 7 le long de la rivière et le dernier près de White Chapel, à l’extrémité de la Cité. Ce dernier cas présentait des symptômes plus graves ; en effet, en l’espace de 12 heures, la femme qui avait été prise de la maladie y a succombé.

Je regrette bien vivement que les occupations dont le département des Affaires étrangères est surchargé, n’aient pas permis que je fusse informé ou que le Consulat général fût averti des mesures de quarantaine que le gouvernement du Roi avait adoptées ; il en résulte que l’ambassade n’a pu donner aucun éclaircissement satisfaisant aux nombreuses personnes qui s’y sont journellement présentées pour avoir connaissance de ces mesures. Ce n’est que par les journaux qu’on a appris ici, et par conséquent assez tard, que les bâtiments venant de la Tamise seraient assujettis à une quarantaine de cinq jours. Il me semble que dans un moment où des restrictions sont apportées aux relations habituelles des deux pays, il aurait été nécessaire que je fusse autorisé à faire, à cet égard, une communication officielle au gouvernement anglais. Je ne sache pas qu’elle ait été faite à Paris à lord Granville.

Il parait, d’après ce qu’on a appris hier ici, que le comte Orloff, au lieu de se rendre immédiatement à La Haye, fera quelque séjour à Berlin. Ce retard tient à ce que le comte Orloff, ayant appris, depuis son arrivée en Prusse, que la France et l’Angleterre avaient fait avec la Belgique l’échange des ratifications du traité du 15 novembre, a jugé que cette circonstance le mettait dans le cas de demander un supplément d’instructions à sa Cour.

Agréez, Monsieur, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement