Optimisé pour
Espace de téléchargement










MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

A

M. CASIMIR PERIER

PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

EN DATE DU

10 FEVRIER 1832







10 février 1832

Monsieur,

Aucune occasion convenable ne s’étant présentée pour que je pusse envoyer les ratifications du traité du 15 novembre je ne crois pas devoir attendre plus longtemps et j’ai l’honneur de vous les expédier par un courrier dont le service du portefeuille me permet de disposer en ce moment.

Je joins à ces ratifications le procès-verbal d’échange qui a été fait le 31 janvier dernier.

Je regrette que le gouvernement du Roi ne m’ait pas fait connaître son opinion sur le protocole N° 55 et il m’aurait été utile de savoir quelles sont les démarches auxquelles il a pu s’arrêter vis-à-vis des Cours de Vienne, de Berlin et de Petersbourg, depuis la signature de cet acte.

L’Angleterre agit de tous les côtés pour presser les ratifications ; cela est d’autant plus nécessaire qu’n Russie, une note verbale du comte Matuszewic, dont nous avons très peu tenu compte à la Conférence, sert encore de motif de délai à Petersbourg.

La séance de la chambre des Communes, hier au soir, a été pour le ministère, une nouvelle occasion de succès relativement à sa politique extérieure.

M. Courtenay avait demandé qu’une adresse fût présentée au Roi pour prier S. M. de faire communiquer à la chambre les informations que son gouvernement pouvait avoir sur l’enrôlement d’hommes engagés dans l’expédition qui se prépare contre le Portugal avec un rapport sur la conduite que le ministère a tenue dans ces circonstances. Cette motion a été écartée par une majorité de 135 voix.

Je crois, Monsieur, devoir appeler toute votre attention sur cette discussion parce que vous verrez que lord Palmerston s’en est servi pour mettre au grand jour le système politique que le cabinet anglais avait voulu adopter avec le gouvernement actuel de la France. Vous remarquerez sans doute, avec plaisir, que le ministre des Affaires étrangères s’est félicité de l’amitié qui subsistait entre son gouvernement et le pouvoir éclairé et libéral qui dirigeait aujourd’hui les intérêts de la France, qu’il a exprimé l’espoir d’avoir, ainsi que les autres membres du cabinet, établi, sur des bases solides, la paix et l’amitié entre les deux peuples et que le peuple anglais leur saurait gré d’avoir formé des relations également avantageuses entre deux nations qui, trop longtemps, s’étaient considérées comme ennemies et rivales.

Une déclaration aussi positive des sentiments qui unissent aujourd’hui les deux cabinets, et qui confirme l’acte simultané qu’ils viennent de faire à l’égard de la Belgique, ne peut manquer de produire une forte sensation en Europe. Elle donne un grand relief à la politique du gouvernement du Roi et, nous pouvons croire que l’union de la France et de l’Angleterre formera une ère nouvelle qui donnera au règne de S. M. une grande et belle place dans l’histoire de la civilisation européenne.

Je vous engage, Monsieur, à lire la discussion d’hier soir dans le Globe qui est, aujourd’hui, le journal du Ministère ; il a reconnu que le Times n’avait pas assez de fixité dans ses opinions politiques et que le Courrier n’était pas assez bien informé.

Je vous prie de vouloir bien me dire un mot sur les affaires d’Italie quand vous aurez la bonté de m’écrire afin que j’aie des moyens de défense pour détruire tous les bruits que la malveillance cherche à accréditer dans cette occasion.

Agréez, Monsieur, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement