Optimisé pour
Espace de téléchargement










MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

A

M. CASIMIR PERIER

PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

EN DATE DU

31 DECEMBRE 1831







31 décembre 1831

Monsieur,

Plus je réfléchis aux intérêts politiques de la France, plus je suis convaincu qu’elle doit conserver les bons rapports qui existent aujourd’hui entre elle et l’Angleterre et qu’elle doit même les fortifier par tous les moyens qui sont en son pouvoir ; la France, unie à l’Angleterre, met un tel poids dans la balance politique de l’Europe que les autres Puissances ne peuvent rien entreprendre contre elle. C’est là notre force au dehors et j’ose même dire : c’est là notre force au-dedans.

S’il se présente quelque circonstance, comme celle de la démolition des forteresses de Belgique où il puisse se faire sentir quelque léger dissentiment entre les deux cabinets je crois que nous ferons bien de ne pas nous appesantir longtemps sur ces circonstances afin que les Puissances qui cherchent avidement à nous désunir ne puissent pas en profiter.

A la tête de ces Puissances, il faut placer la Russie qui, un peu remise des vives inquiétudes que lui ont causé les troubles de Pologne, peut conserver quelque ressentiment contre la France où se sont élevés si haut les vœux qu’on a faits pour le succès de ce mouvement national. Ce ressentiment ne va pas jusqu’à des idées de guerre mais il peut porter à accueillir toutes les combinaisons qui auraient pour but d’affaiblir nos relations avec l’Angleterre.

Je reçois tous les jours, Monsieur, des marques de la confiance entière que le cabinet anglais place dans le gouvernement du Roi. Toutes les communications qui peuvent nous intéresser me sont faites ici, et lord Granville dont sûrement vous avez remarqué la droiture, a l’ordre de vous faire à Paris les mêmes communications. Il a dû recevoir une copie des lettres que le cabinet anglais vient d’écrire à ses ministres à Vienne et à Berlin. Je ne vous en ai pas parlé hier parce que le courrier était parti au moment où cette communication m’a été faite. Pour que l’accord qui existe entre nos deux gouvernements fût bien senti, j’ai cru devoir écrire une lettre dans le même sens au maréchal Maison et à M. Bresson pour que les démarches se fissent ensemble, et qu’ils employassent les mêmes arguments. La ratification de l’Autriche et de la Prusse doit être, en ce moment, l’objet de tous nos efforts.

Mon opinion est que, relativement à la question des forteresses, on donnera des explications officielles qui détruiront toutes les idées de Sainte Alliance qui ont pu se former. En tout, je ne saurais trop le répéter, ayons confiance dans l’Angleterre et montrons cette confiance en toute occasion : le salut de l’Europe tient à cela.

Je vous engage à vous entretenir avec lord Granville sur le choix d’un roi de la Grèce, car c’est là la chose dont on a le plus besoin dans ce pays qui va, bientôt, être envahi par l’anarchie. La mort de M. Capo d’Istria exige, aujourd’hui, qu’un homme d’un âge fait, et qui ait quelque expérience des affaires, soit placé à la tête du pays, mais, j’ai beau regardé l’almanach, je ne sais pas où il est.

Si M. Capo d’Istria eût vécu, et qu’il eût été régent, ce choix aurait été plus facile à faire.

Agréez, Monsieur, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

P. S. Je dois vous dire que j’ai encore de nouveaux motifs pour croire que les inquiétudes que l’on vous a données sur Berlin ne sont pas fondées et que nous aurons cette ratification-là ainsi que celle de l’Autriche.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement