Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

17 DECEMBRE 1831







Londres, le 17 décembre 1831

Monsieur le comte,

Dans le post-scriptum de ma dépêche d’avant-hier je vous annonçais l’arrivée à Londres de la réponse du roi de Hollande dont je n’avais eu communication que par des tiers. Je viens de la lire ; elle ne renferme pas toutes les concessions dont je vous parlais dans ma dernière lettre. C’est une pièce de plus de quarante pages remplie d’arguties de la plus vieille école de faux raisonnements et enfin d’inexactes études qui ne sont pas excusables ; le système adopté par la Conférence y est attaqué dans son ensemble et dans toutes les parties on reproduit des arguments mille fois réfutés. En tout c’est une pièce faible dans laquelle il y a beaucoup d’humeur et absence de talent.

L’impression qui m’est restée de ce long factum, dont je vous enverrai bientôt une copie, me porte à penser que la meilleure ligne de conduite à suivre est celle-ci : la Conférence doit s’attacher à réfuter cette pièce avec détail, sans montrer aucune humeur mais elle doit faire ressortir toutes les erreurs dont elle est remplie ; on doit y joindre un court historique des négociations qui mettra souvent le roi de Hollande en contradiction avec lui-même et qui prouvera combien il avait rendu nécessaire la marche adoptée depuis un an par les cinq Puissances. Le travail transmis aux différentes cours avec la réponse du roi aura dans mon opinion, la plus utile influence sur les cabinets vacillants qui ont promis mais qui n’ont pas envoyé encore leurs ratifications au traité du 15 novembre.

Je ne doute pas que les Puissances réunies de nouveau comme elles le seront par cette pièce n’amènent le roi de Hollande à sentir qu’il doit céder. Il faudra seulement dans la forme laisser à son amour-propre le moyen de se mettre à couvert. Mais je le répète, les conséquences de l’opiniâtreté de ce souverain ne peuvent être prévenues que par l’union des cinq cours.

Le Parlement sera prorogé aujourd’hui jusqu’au 17 janvier.

Agréez, Monsieur le Comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement