Optimisé pour
Espace de téléchargement









MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










2è LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

30 NOVEMBRE 1831







30 novembre 1831

Monsieur le comte,

Les troubles de Lyon pouvant tenir à ce que le salaire des ouvriers n’est pas assez élevé vu le taux du pain, pour qu’ils puissent pourvoir à leur subsistance et à celle de leur famille, j’ai recherché quelles pouvaient être les mesures auxquelles le gouvernement anglais s’était arrêté dans des circonstances analogues.

Après la crise de 1825, au printemps 1826, les travaux ayant beaucoup diminué dans les districts manufacturiers et le prix du pain proportionnellement élevé, des troubles graves eurent lieu. Le ministère proposa immédiatement au Parlement d’admettre à la consommation tout le blé qui existait en entrepôt en diminuant les droits auxquels il était soumis. L’effet de cette mesure fut extrêmement heureux et prompt.

Au mois de septembre suivant, la récolte s’annonçant mal, on eut de nouvelles inquiétudes. Les ministres, sous leur propre responsabilité et malgré la loi, permirent de nouveau l’introduction des blés étrangers. Le Parlement leur accorda ensuite un bill d’indemnité pour cette mesure.

Si, comme je l’ai supposé plus haut, les troubles de Lyon avaient quelque rapport avec le prix du pain, le gouvernement du Roi ne jugerait-il pas convenable de prendre quelques dispositions semblables à celles que je viens d’indiquer et qui remontent au temps du ministère de M. Canning et de lord Liverpool.

Si, par exemple, le gouvernement permettait l’importation du blé à Marseille et l’écoulement à un prix plus modéré que le prix ordinaire de ce qui s’y trouve en entrepôt, il semble que cette mesure aurait nécessairement des effets sur le marché de Lyon. Il parait qu’en ce moment les blés étrangers entreposés à Marseille ne peuvent pas y parvenir, et qu’ils sont transportés par suite de combinaisons commerciales au Maire, à Cherbourg ou à Saint-Malo. Si les entraves qui existent en ce moment étaient levées au moins pour quelque temps, il y a lieu de croire que relativement à la population de Lyon, on retirerait d’heureux effets de cette mesure.

J’ai cru utile de vous communiquer ces considérations et surtout de vous rappeler ce qui s’est passé en Angleterre.

Agréez, Monsieur le Comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement