Optimisé pour
Espace de téléchargement















MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

29 NOVEMBRE 1831







29 novembre 1831

Monsieur le comte,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 25 en m’envoyant la ratification du traité conclu à Londres, le 15 de ce mois. D’après vos ordres je ferai incessamment l’échange de cette ratification avec celle du roi de Belgique et j’aurai l’honneur de vous transmettre l’acte qui aura été dressé à ce sujet. Il est probable que lord Palmerston se pressera aussi de faire l’échange des ratifications, et j’en suis bien aise parce que cela montre davantage l’accord qui règne dans la marche des deux cabinets. Les évènements de Lyon ont fait ici une impression d’autant plus vive qu’on craint qu’ils n’aient quelque influence sur la classe générale des ouvriers : mais on a confiance dans la fermeté du gouvernement du Roi, dans l’efficacité des mesures qu’il a prises et dans les espérances de conciliation que porte nécessairement avec elle la présence de M. le duc d’Orléans.

Les gros temps ayant rendu très difficiles la station de l’escadre anglaise qui se trouvait sur la côte de Hollande, l’amiral qui la commande a demandé à changer de position.

Lord Palmerston a fait part de cette demande à la Conférence qui a autorisé l’amiral à se retirer dans un port d’où il serait toujours prêt à sortir si quelque circonstance venait à rendre l’emploi de l’escadre nécessaire.

Les dernières communications du gouvernement du Roi relatives à la traite des noirs paraissent ici un nouveau gage de la bonne intelligence qui existe entre la France et l’Angleterre et il est probable qu’il en sera parlé à la rentrée du Parlement qui aura lieu toujours le 4.

Je dois dire ici que les dispositions amicales du gouvernement anglais pour le gouvernement de S. M. semblent se fortifier chaque jour. Les affaires de Belgique ont rendu nos intérêts les mêmes et cela commence à s’étendre aux autres relations.

J’en trouve la preuve dans la manière dont le cabinet anglais incline aujourd’hui à envisager la question du Portugal : tout me porte à croire que dans les résolutions qu’il va prendre à cet égard, il montrera le désir de s’entendre et de n’agir que d’accord avec nous.

Je crois que la France trouvera dans des relations de cette nature le meilleur point d’appui qu’elle puisse chercher pour placer sa politique extérieure sur une base ferme et utile ; de vieux préjugés, d’anciennes rivalités, peuvent servir d’arguments pour représenter l’Angleterre comme l’ennemie naturelle de la France mais ces adages surannés ne sont plus applicables à l’époque où nous nous trouvons. Les idées supérieures vont détruisant toutes les rivalités : on les fait rentrer dans le passé et on les laisse dans les vieux ouvrages de M. Gaillard.

Le fait fortifie l’opinion dans laquelle on doit être aujourd’hui, que les sentiments du gouvernement anglais sont entièrement favorables au gouvernement du Roi car, il est positif que ses ennemis directs qui se trouvent naturellement parmi ceux qui appartenaient à l’ancien gouvernement disent et écrivent dans tous leurs journaux que c’est vers la Russie que la France doit tourner ses regards et que là seulement est l’alliance naturelle de la France.

Le principe de conduite qui doit diriger l’ambassadeur du Roi m’a paru, et me parait tous les jours davantage devoir être bons rapports avec toutes les puissances de l’Europe, et accord intime avec l’Angleterre. C’est cette marche-là qui fait aujourd’hui notre force.

La bonne harmonie qui s’est maintenue entre les Puissances a déjà produit les résultats les plus heureux. Depuis quelque temps il revient d’Allemagne en Angleterre des personnes d’opinion vives et toutes s’accordent à dire que le propagandisme se décourage et est tout prêt à renoncer à ses projets subversifs, ou, au moins de les ajourner. Il avait compté sur la désunion des cabinets et sur la guerre qui en aurait été la suite et il les voit fermement unis non pas comme la Sainte Alliance dans des vues opposées aux intérêts et aux libertés des peuples mais dans un système qui n’a d’autre but que le maintien de l’ordre général.

Depuis quelques jours il se manifeste des dispositions qui mèneraient à une scission dans le parti Tory de la chambre des Pairs. Le mouvement, à cet égard, est donné par lord Wharncliffe et lord Harrowby.

M. le comte Dietrichstein, premier secrétaire de l’ambassade d’Autriche à Londres, a reçu l’avis qu’il était nommé chargé d’affaires à Bruxelles.

J’ai l’honneur de vous envoyer un rapport, sur l’exactitude duquel vous pouvez compter, qui indique l’état de la maladie à Sunderland jusqu’au 27 de ce mois. Le choléra vient aussi de se manifester à Newcastle mais, jusqu’à présent, une seule personne a été atteinte ;

M. Magendie a passé ici en se rendant à Sunderland ; dès le jour de son arrivée je l’ai mis en rapport avec le premier médecin du Roi.

Agréez, Monsieur le Comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement