Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

26 NOVEMBRE 1831







26 novembre 1831

Monsieur le comte,

La maladie de Sunderland fait quelques progrès dans la ville mais ne sort pas de son enceinte. Cependant, un ordre du conseil privé, dont on joint ici la traduction, prescrit des mesures pour arrêter la contagion, mesures qui, au surplus, sont laissées à la discrétion des juges de paix.

Les rapports que le gouvernement reçoit sur l’état de la maladie à Sunderland, et par conséquent les relevés qui se trouvent dans les journaux, ne renferment aucun résultat certain, puisque les médecins de la ville ne transmettent que des résultats incomplets au docteur Daun qui y a été envoyé par l’administration supérieure.

Il est bien constaté aujourd’hui, par le texte même de l’ordre du conseil privé, que le choléra spasmodique existe bien en Angleterre et que le gouvernement ne se méprend pas sur le caractère de la maladie, malgré les nombreuses dénégations qui ont paru dans les diverses feuilles publiques.

Depuis quelques jours, il avait été transporté dans les hôpitaux de Londres des malades qui donnaient la crainte que le choléra n’eût pénétré dans la capitale. Il parait que ces craintes étaient exagérées : ces malades avaient une espèce de typhus qui se développe presque chaque année dans les parties basses et malsaines de la ville, au-delà de la Tour et près des docks.

On joint ici une lettre d’un médecin anglais dans laquelle il parait se trouver des considérations assez judicieuses sur l’emploi de l’oxygène comme moyen curatif du choléra.

Agréez, Monsieur le Comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement